Rue du Rock 2015

12017645_10207891984999748_5303340944297823696_oPRRDR15#5 A3Les Curwen joueront pour le festival La Rue du Rock organisé par Phocéa Rock le samedi 19 septembre 2015. De 14h à 21h, 20 super groupes de rock (au sens le plus large) se succèderont sur plusieurs scènes rue Consolat (13001) à Marseille, rendue piétonne pour l’occasion. Et en plus c’est gratuit !


La journée commencera à 14h avec un ciné-concert pour les enfants avec l’homme-orchestre RIT, on enchainera à 15h avec le cabaret des vétérans de Leda Atomica Musique dans la Rue (plus de 15 musiciens / chanteurs et un piano !), puis de 16h à 20h, 17 concerts (programmation détaillée ci-dessous) dans 7 lieux (@Le Bar Mounguy, Théâtre De La Ferronnerie, Thomas el Plombier, La Mesón, le Agesca Pim Info Musique, Journal CQFD / SUPER Records, garage Marsatac). Nous terminerons avec le rock méditerranéen de Mutacion Nacion au Kiosque des Réformés de 20h10 à 21h. Ensuite, nous encourageons tout le monde à aller dans les salles de concerts, véritable vivier de cette scène.

 

 

 

Voici la présentation détaillée de l’évènement :

Les activistes de Phocea Rocks remettent le couvert le samedi 19 septembre pour la troisième édition de la Rue du Rock. Cette association œuvre pour mettre en avant la foisonnante scène rock locale, injustement méconnue. Pour cette nouvelle date, ils investissent la rue Consolat, dans le 1er arrondissement de Marseille, et y programment pas moins de 20 groupes dans 8 lieux différents de 14h à 21h.

Cette artère est connue comme repaire d’associations qui se bougent comme la Casa Consolat, salle aux multiples activités culturelles et restau à prix libre, la Meson, creuset jazz et flamenco d’où émergent des créations musicales indés jouissives via des cartes blanches de haute tenue, le Pôle Info Musique, rendez-vous incontournable du secteur, le Théâtre de la Ferronnerie qui accueille d’enchanteresses pièces pour les enfants, le journal alternatif CQFD, les locaux du festival Marsatac, le repaire militant Milles Babords et bien d’autres. Les concerts se tiendront dans certains de ces lieux, dans des garages privés (dont l’entrepôt d’un plombier !) voire directement dans la rue.

Le choix de l’après-midi comme période pour faire sonner les amplis est motivé pour des raisons de bon voisinage, mais aussi pour que les rockers puissent y venir avec leur progéniture, fort nombreuse chaque année (prenez quand même des bouchons pour les gosses !).

La journée commencera à 14h avec un ciné-concert pour les enfants avec l’homme-orchestre Rit, on enchainera à 15h avec le cabaret des vétérans de Leda Atomica dans la Rue (plus de 15 musiciens / chanteurs et un piano !), puis de 16h à 20h, 17 concerts (programmation détaillée ci-dessous) dans 7 lieux (Le Mounguy, Théâtre de la Ferronnerie, Thomas el Plombier, la Meson, le Pôle Info Musique, CQFD / Super Records, garage Marsatac). Nous terminerons avec le rock méditerranéen de Mutacion Nacion au Kiosque des Réformés de 20h10 à 21h. Ensuite, nous encourageons tout le monde à aller dans les salles de concerts, véritable vivier de cette scène.

Fidèle à sa démarche, l’équipe de Phocéa Rocks propose une programmation qui puise dans les différentes familles du style. On y entendra, en vrac le rock méditerranéen de Mutacion Nacion, la pop/trip-hop de Maycad, le post punk de Catalogue, la noise de Fillette, les transes chamaniques de SAM KARPIENIA, le one man band bluesy de RIT, le cabaret rock de Leda Atomica Musique, le stoner psyché de Moon Rã, le hardcore de Wake The Dead, le rock français de Reliques, l’histoire de France version punk de la @Compagnie Kta, le rock/grunge de Frozen Yellow Spot, le rock psyché de Jaw Wad, le rock énervé de Street Wanderer, le heavy rock de Curwen’s Odd Legacy, le metal d’Arthrosis, le garage de The Fuzz and Drums, le crust de Grusterror, le post-punk de Garces Kelly, ….

Vu que tout cela est gratos, c’est une bonne occasion de découvrir des groupes, d’initier vos gamins, de passer un moment sympa et de participer à la reconnaissance de la scène locale. Bien évidement avant d’aller s’éparpiller le soir venu dans une des salles de concerts qui s’activent toute l’année pour que vive le déjà vieux règne de l’électricité.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 × = 63